LE must

6 tendances
dans notre assiette en 2020

Comment l’alimentation va-t-elle évoluer au cours des prochaines années? Quelles seront nos priorités, nous, mangeurs, en 2020? Quelle sera la place du plaisir dans un environnement où la santé jouera un rôle déterminant et où les technologies seront banalisées? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles une étude d’Ipsos commandée par Vitagora a tenté de répondre. | Par Marjolaine Jetté

Deux tendances globales

1- Le retour aux sources

Le goût pour les produits locaux et les produits du terroir, pour l’authentique et le naturel va continuer à s’amplifier au cours des cinq prochaines années. Le local l’emportera sur le bio à cause des bénéfices qui lui sont associés : produits perçus comme plus goûteux, sentiment d’une plus grande proximité avec les producteurs, soutien au tissu économique local.

Ce besoin de proximité sera le signe d’un besoin de mieux maîtriser son alimentation. Face aux scandales alimentaires, aux problèmes de pollution, aux effets persistants d’événements dramatiques environnementaux, les consommateurs exigeront de plus en plus un retour à l’essentiel dans leur assiette. Cette tendance est déjà importante en Occident où 2 consommateurs sur 3 achètent local quand ils en ont l’occasion.

2- Le plaisir sans complexe

Même si la santé sera de plus en plus valorisée et considérée en ce qui a trait à l’alimentation, les consommateurs seront loin d’avoir renoncé au plaisir. La recherche de moments et d’occasions pour lâcher prise, s’écouter, ne pas se priver, se donner du plaisir va rester forte au cours des cinq prochaines années. Et cela malgré la persistance des problèmes de surpoids. La pression sociale et économique ressentie par de nombreux consommateurs les incite à trouver des sources de réconfort et l’alimentation est un domaine privilégié pour cela.

ÉTATS-UNIS : Alimentation connectée

Balances connectées, applications de suivi de son alimentation pour téléphone intelligent ou tablette, services en ligne qui recommandent des plats adaptés à son régime, accessoires électroniques de contrôle… La multiplication des appareils connectés stimulera le besoin de contrôler certains paramètres de sa santé et de son alimentation et grâce à ces outils, les consommateurs pourront quantifier précisément les aliments et vérifier l’impact de leurs apports alimentaires sur leur état de santé.

23 % des Américains ont déjà utilisé des applications pour suivre leur alimentation et près de 50 % souhaitent le faire dans le futur.

ALLEMAGNE : Fascination pour le cru

L’intérêt croissant pour les options « crues » traduit le rêve de retrouver les goûts originels et le souci de consommer des aliments les moins transformés possible. Les aliments n’ayant pas subi d’altération durant la cuisson garantissent souvent, aux yeux des Allemands, leurs qualités nutritionnelles. En moyenne, un tiers des consommateurs de l’enquête commence à privilégier les aliments crus dans leur alimentation. Parti du nord de l’Europe, le mouvement « Cook It Raw », lancé par certains chefs, fait la promotion du cru comme étant une garantie du goût « vrai ».

48 % des Allemands disent déjà privilégier les aliments crus et 69 % au total devraient le faire dans les années qui viennent.

JAPON : La recherche du « cosméto-food »

À l’avenir, un produit alimentaire devra répondre à trois exigences : santé, bien-être et beauté. Les consommateurs rechercheront des aliments savoureux parce qu’ils sentent qu’ils leur feront du bien à l’intérieur, et les rendront plus beaux. Cette tendance a un potentiel de développement dans certains pays, notamment au Japon. De fait, dans l’archipel, les produits et menus riches en collagène ont le vent en poupe. Ces produits à la croisée du cosmétique et de l’agroalimentaire (ex. : boissons Shiseido et Kanebo), mais aussi de la restauration (soupe « collagen hot pot ») se multiplient.

FRANCE : Assiette conservatrice

Les consommateurs français sont exigeants en matière d’alimentation et privilégient leurs traditions : règle des trois repas, produits locaux, importance du naturel, réticence face aux produits enrichis ou fonctionnels… L’enquête confirme que si l’alimentation est fortement valorisée en France, l’innovation, elle, est perçue plus difficilement.

Et au Québec ?

La consommation de produits locaux et la recherche de plaisirs gustatifs sont assurément intégrées à nos habitudes. Bien que les applications relatives à l’alimentation et les produits dérivés du mouvement crudivore tentent de faire leur place, un petit pourcentage de la population y adhère pour le moment. Quant aux nutricosmétiques, ils sont presque absents de nos tablettes. Plus de preuves devront être amenées pour convaincre le consommateur de leurs bienfaits.

Merci à M. Oudghiri, directeur du Département Tendances et Prospective au sein d’Ipsos, un institut de sondage français, qui nous a fourni les résultats de son étude.

Ajouter un commentaire

Abonnement Infolettre