LE must

À table, en 2017

Il y a eu le kale, le phénomène du retour à la terre, la cuisine coréenne, le régime paléolithique, le Thermomix et le chou-fleur émietté ; tous ont fait partie des tendances alimentaires des dernières années. Avec la nouvelle année qui se pointe le bout du nez, il est toujours intéressant de se pencher sur ce qui va continuer d’attirer l’attention ces douze derniers mois.| Par Charline-Ève Pilon

Le fooding

On n’a pas fini de parler de ce phénomène qui place l’alimentation au centre des discussions et des intérêts des consommateurs. L’alimentation est plus que jamais un enjeu de taille, notamment dans le domaine du marketing. Être « foodie » n’est plus seulement une passion, c’est devenu un mode de vie.

Les épiceries fines de quartier

Il y a eu cette époque où aller chercher de quoi se mettre sous la dent pouvait se faire dans une épicerie éclairée au néon, sans véritable décor. Dorénavant, on souhaite permettre aux consommateurs de transformer la tâche de faire leur épicerie en une véritable expérience de magasinage. On souhaite qu’ils prennent le temps de parler avec leur boucher, leur boulanger et leur pâtissier. On est loin des magasins d’alimentation à grande surface. Ces derniers tentent même de se revamper afin de créer un espace plus chaleureux, plus accueillant.

La gourmandise

Celle que l’on mettait parmi les sept péchés capitaux a maintenant meilleure presse. Être gourmand, c’est dans l’ère du temps et c’est même encouragé. D’un côté, les régimes et diètes diverses ont la cote. Mais dans la majeure partie des cas, la privation n’est pas encouragée. Tellement que ceux qui ne se privent pas et souhaitent se faire plaisir en mangeant ont l’approbation générale. Les consommateurs cherchent des occasions de se faire plaisir sans compter les calories.

L’hyperlocal

Des consommateurs interrogés ont dit préférer les aliments frais issus des environs. Il y a une forte identification aux produits locaux. Les gens les perçoivent comme étant plus sains et de meilleure qualité parce qu’ils ont moins voyagé. De plus en plus, les citoyens développent un sentiment d’appartenance à l’égard de ces aliments. Certains font même la renommée de leur région.

Le bien-être des animaux

De plus en plus de personnes se tournent vers un choix de viande qui garantie que l’animal a été bien traité durant sa vie. On commence à voir apparaître des mentions indiquant « bien-être animal » dans les comptoirs. Pour répondre à cette préoccupation, la chaîne de restauration rapide McDonald’s a d’ailleurs pris la décision de ne plus utiliser de poules élevées en cage. Aussi, les consommateurs veulent connaître la traçabilité des aliments. Plusieurs entreprises ont confirmé que plusieurs centaines de milliers de porcs seraient élevés en liberté dans d’immenses enclos d’ici les prochaines années.

La transparence

Les consommateurs prennent maintenant le temps de s’informer. Ils souhaitent savoir ce qui se retrouve dans leur assiette. Les entreprises doivent user davantage de transparence notamment au sujet des méthodes de fabrication de leur produit et de ce qu’ils contiennent. Ils verront dans un discours axé sur la franchise, une volonté de rendre le consommateur plus averti.

Manger connecté

Les nouvelles technologies ont bouleversé notre quotidien et même nos habitudes à table. L’action de manger est devenue une véritable expérience sociale qui dépasse les frontières de la salle à manger ou du restaurant. On partage ses découvertes et ses bonnes adresses sur Instagram, on choisit la terrasse la plus ensoleillée grâce à une application, on devient ultra-connecté et la communauté de foodies ne connaît pas encore de limites.

Boire pour sa santé

Le marché des boissons est parmi les plus dynamiques de l’industrie agro-alimentaire et les boissons fonctionnelles représentent une voie prioritaire d’innovation. À vocation santé, beauté ou bien-être, elles s’inscrivent dans une démarche à la fois originale et naturelle. Plus qu’une tendance, les boissons fonctionnelles répondent à des habitudes de consommation bien spécifiques. On est à la recherche de ce qui est le plus naturel et on souhaite que les boissons s’occupent de notre santé.

La simplicité au menu

On revient à la base en mettant de côté les sauces et les marinades trop lourdes. On mise sur la fraîcheur et sur l’aliment dans sa forme la moins transformée, de l’entrée au dessert. Par exemple, en entrée, on peut opter pour un pain avoine et sésame de la gamme Campagnolo de Saint-Méthode, que l’on coupe en lanières et que l’on grille et sur lequel on frotte une gousse d’ail. Par la suite, on y dépose de la purée de tomates fraîches, un filet d’huile d’olive et de la fleur de sel.

Ajouter un commentaire

Abonnement à l'infolettre