LE must

Le bon cousin de l’autruche

L’émeu est un oiseau de la famille des dromaiidés, cousin de l’autruche. On l’élève au Québec depuis plusieurs années. Cependant, bien qu’il existait quelque 125 fermes répertoriées il y a une quinzaine d’années, plusieurs n’ont pas survécu à cette production. En effet, cet oiseau, qui ne possède pas de poitrine, ne donne que 27 à 28 livres de viande à maturité (environ 16 mois). C’est pourquoi certains éleveurs, comme le Centre de l’émeu de Charlevoix, ont investi dans plusieurs années de recherche et développement afin de pouvoir transformer le gras de l’émeu en produits corporels.

L’émeu est aussi connu pour les produits corporels faits à base de son huile. On leur attribue des propriétés anti-âge, hydratantes, cicatrisantes et anti-inflammatoires. On les utilise, entre autres, pour traiter les problèmes de peau comme l’eczéma, pour soulager les douleurs arthritiques et l’irritation causée par des piqûres d’insectes, sur des coups de soleil, pour hydrater la peau sèche et même sur les vergetures. Une petite merveille !

Nutrition

La viande d’émeu est très intéressante au point de vue nutritionnel. Elle est faible en gras (contient de 2 à 4,7 % de matières grasses), pauvre en cholestérol et en gras saturés et trans, elle est une excellente source de protéines et de fer et une source de potassium, de zinc et de vitamines B9 et B12. Son huile est aussi riche en gras oméga-3, 6 et 9.

Cuisine

La viande d’émeu est exotique, mais reste facile à cuisiner. C’est une viande de couleur rouge vif, qui est tendre et dont le goût est délicat. On la cuisine donc avec peu d’assaisonnements ou avec des fines herbes à saveur douce. Elle peut être cuite autant au four qu’à la poêle et elle est parfaite pour la raclette ou la fondue. On peut aussi consommer la viande d’émeu crue. On en fait un délicieux tartare au restaurant Le Charlevoix du Manoir Richelieu. Puisque cette viande est maigre, on la préférera servie saignante ou mi-saignante.

L’émeu est délicieux accompagné de fruits ou de sauces et condiments fruités. On retrouve plusieurs coupes d’émeu, mais le plus tendre reste la noix. On le retrouve sous différentes formes : rillette, terrine, brochettes, saucisses, pâté, etc.

On peut se procurer de la viande d’émeu à la boutique du veau de Charlevoix au Marché Jean-Talon à Montréal ainsi qu’au Centre de l’émeu de Charlevoix au Marché du Vieux-Port de Québec. Il existe plusieurs autres points de vente dans la région de Charlevoix.

Pour en savoir plus sur l’émeu, allez visiter le Centre de l’émeu de Charlevoix, la plus grande ferme d’émeus au Canada, qui possède un centre d’interprétation où vous pourrez découvrir toutes les facettes de l’émeu, de l’élevage aux différents produits transformés alimentaires et corporels.

Centre de l’émeu de Charlevoix
706, rue Saint-Édouard, route 381
Saint-Urbain (Québec)
418 667-5443

 

Tartare d’émeu de Charlevoix

Préparation : 20 min | Portions : 4

Ingrédients

250 g (1/2 lb)  de viande d’émeu (rôti, médaillons ou cubes à brochettes)
1 échalote verte finement hachée
30 ml  (2 c. à s.) de cornichons finement hachés
15 ml  (1 c. à s.) de ciboulette fraîche hachée
15 ml  (1 c. à s.) de basilic frais haché
30 ml  (2 c. à s.) de câpres finement hachées
30 ml  (2 c. à s.) d’anchois hachés (facultatif)
1 jaune d’œuf
50 ml (3 c. à s.) d’huile d’olive
Tabasco
Cresson ou micro-pousses de cresson
Huile de noisette
Croûtons
Sel et poivre

Méthode / étapes

Tailler les médaillons d’émeu en très petits morceaux. Y ajouter tous les ingrédients hachés, le jaune d’œuf et l’huile d’olive. Assaisonner au goût avec le Tabasco et le sel. Bien mélanger. Façonner tout le mélange de viande d’émeu en forme de quenelle, soit 20 à 30 ml par quenelle.

Dans un autre bol, hacher le cresson et l’assaisonner avec l’huile de noisette, le sel et le poivre. Bien mélanger. Déposer une quenelle de tartare d’émeu sur la salade de cresson et servir avec quelques croûtons.

Source : Recette inspirée du livre L’émeu de Charlevoix, l’exotisme de par chez-nous, Dominique Truchon et Raymonde Tremblay, Centre de l’émeu de Charlevoix, 2002

Ajouter un commentaire

Abonnement à l'infolettre