LE must

Voyez le vin… en rose !

La vague de popularité des vins rosés ne se dément pas. Le succès grandissant qu’ils connaissent depuis quelques années ne fait que se confirmer. Bien qu’il n’ait pas toujours eu la cote auprès des amateurs de vins, qui le qualifiaient souvent de vin facile à boire, ou encore de « vin de femmes » (j’en connais quelques-unes à qui cette étiquette ne plairait pas !), il a tout de même réussi à s’imposer, jusqu’à devenir le symbole incontournable de l’arrivée du printemps et des journées d’été. | Par Alain Lebel, journaliste et chroniqueur vin à fideledebacchus.com

Presque un phénomène de société, les vins rosés semblent faire fi de la crise économique. Plaisant désormais aux hommes comme aux femmes, les rosés sont dégustés sur l’ensemble de l’année. Cependant, comme pour l’arrivée des hirondelles, leur présence en grand nombre sur les étalages coïncide avec le début des beaux jours.

Depuis environ cinq ans, la consommation de vins rosés au Québec a augmenté d’environ 15 % par année. Ainsi, l’engouement croissant des Québécois pour ce type de vin a poussé la Société des alcools du Québec à élargir ses choix et à bonifier son offre en matière de vin rosé.

La raison principale de la popularité des vins rosés repose autour de la notion de fraîcheur. Tout d’abord, fraîcheur des arômes : petits fruits rouges genre groseille, framboise ou bonbon acidulé. Ensuite, sensation de fraîcheur en bouche : Cette sensation est due à l’importante acidité des vins rosés. Cette vivacité apporte fraîcheur et nous fait saliver, ce qui convient particulièrement bien aux mets cuits sur le barbecue qui sont souvent plus secs.

Contrairement à ce que beaucoup trop de gens croient encore, le vin rosé n’est pas un mélange de vin rouge et de vin blanc, sauf pour le Champagne rosé, l’exception à la règle. En fait, il existe différentes méthodes pour élaborer des vins rosés, mais les deux principales:

Deux méthodes…
La saignée est une vinification comme on le ferait pour le vin rouge, mais avec une macération beaucoup plus courte. C’est une méthode ancienne et c’est encore la plus courante encore aujourd’hui. Le raisin rouge, foulé est mis en cuve. Au bout de quelques heures, lorsque le vinificateur juge que la couleur désirée est atteinte, il retire une partie du jus de la cuve. Cette fraction liquide, n´étant plus en contact avec la peau du raisin, ne pourra plus s´enrichir en tanins et en anthocyanes et conservera sa couleur et sa structure initiales.

Une autre façon est le pressurage, soit le raisin rouge qui est foulé puis pressuré. Le jus d’égouttage est mélangé aux jus de presses jusqu´à l´obtention de la couleur désirée. Après le pressurage des raisins l’on vinifie le vin de la même façon que pour un vin blanc. Plusieurs pressages sont effectués pour extraire les pigments. Ce procédé donne un vin vif et léger qu’il est recommandé de boire dans l’année suivant la récolte.

À savoir : Sauf exception, les vins rosés doivent être bus en jeunesse, idéalement dans l’année suivant la récolte. Leur coté fruité et surtout leur fraîcheur sont alors à leur mieux. Cependant, les rosés plus structurés, comme les Tavel ou les Côtes du Rhône, peuvent se conserver de 3 à 5 ans.

Température de service : il faut impérativement rafraîchir les vins rosés. Soit au moins une heure au réfrigérateur, ou à l’aide d’un seau d’eau abondamment garni de glaçons, afin de les servir vers 10 °C. À cette température, le caractère fruité dominera le côté chaleureux de l’alcool.

Quelques suggestions: 

Astica Malbec Cabernet-Sauvignon 2016, Argentine (Code SAQ : 10385565 – Prix : 9,95 $) Ce rosé offert à prix doux, en plus de sa vertu rafraîchissante, saura accompagner la terrine de volaille et les salades. C’est aussi un vin parfait pour les cocktails.

Domaine du Ridge, Champs de Florence 2016, Québec, (Code SAQ : 00741702 – Prix : 13,35 $) Si vous servez des repas légers ou encore les traditionnels hot dogs ou hamburgers sur le barbecue, vous serez comblé par ce rosé au fruité éclatant, vif et soutenu.

Roseline Prestige, rosé, France (Code SAQ : 00534768 – Prix : 14,65 $) Plus vineuse et structurée tout en ayant conservé une grande fraîcheur, cette valeur sûre de Côtes de Provence accompagne parfaitement les poissons grillés ou les mets de type méditerranéen.

Domaine du Vieil Aven 2016, France (Code SAQ : 00640193 – Prix : 18,55 $) Les vins structurés et bien en chair comme ce Tavel accompagnent très bien une paella, un jambon à l’ananas, un lapin rôti à la moutarde, un couscous aux légumes, ou un filet de truite saumonée grillé.

Bon été, bons rosés!

Ajouter un commentaire

Abonnement à l'infolettre