LE must

Guide pratique d’un fermier pour votre prochaine visite au marché

Ce contenu est présenté par

 

Ça respire le printemps et l’envie d’aller faire le plein de produits frais et délicieux dans les marchés publics. C’est une belle façon d’encourager nos producteurs d’ici. Pour rendre vos visites des plus agréables dans ce lieu foisonnant, nous avons demandé à Dany Bouchard, responsable des implantations aux champs à la Ferme des Quatre-Temps, faisant également partie de la série Les fermiers, diffusée sur Unis TV, de nous partager ses astuces. Voici cinq conseils qui pourront vous aider. Paroles de fermier!

1- Parlez et échangez
Le marché, pour les producteurs, représente la récompense de leur semaine de travail. Après avoir semé, labouré, préparé leurs produits, ils sont fiers de montrer le fruit de leurs efforts et de partager leurs connaissances sur l’agriculture. Raison de plus pour s’abreuver d’information à même la source, comme l’explique Dany Bouchard.

« Ce qui est beau et fantastique au marché, c’est le lien qu’on tisse avec les personnes qui consomment nos produits. Elles sont curieuses de connaître nos façons de faire. On va parler aussi de goûts, de saveurs, de ce qui est de saison…L’inverse est vrai, j’apprends aussi des clients.»

 2- Privilégiez les « vrais » producteurs
Au marché, plusieurs sont 100% producteurs alors que d’autres sont aussi revendeurs. Dans tous les cas, pourquoi ne pas leur demander ce qu’ils produisent parmi leur offre, question de les favoriser? De cette façon, le canal est direct et l’argent va précisément aux producteurs, retirant ainsi les intermédiaires de la chaîne, comme le mentionne M. Bouchard.

« Certains fermiers vont produire deux ou trois légumes, mais en vendre vingt. Pendant que c’est la saison des poires d’Ontario revendues par un producteur, c’est peut-être aussi le temps des pommes, des bleuets ou des fraises au Québec. Il faut y aller avec la saison et avec ce qu’il y a de plus local, c’est là qu’on arrive à une agriculture qui est plus résiliente. »

Dany Bouchard

 3- Connectez avec votre alimentation
De plus en plus de consommateurs veulent savoir d’où vient ce qu’ils mangent et qui sont les personnes qui se cachent derrière. C’est une façon de revenir à la base et de pouvoir raconter une histoire sur un produit qu’on consomme.

« En achetant du producteur directement, c’est comme s’il fait partie de la famille, qu’il était assis avec vous, ajoute le passionné d’agriculture. Les clients sont ainsi capables de voir à qui ils ont affaire. Nous, on travaille avec beaucoup d’amour et ça se transmet aux gens qui viennent au marché. »

 4- Osez explorer
Vous arrive-t-il de tomber sur un produit que vous connaissez peu? Voilà l’occasion de sortir de sa routine et de l’essayer. Posez des questions aux producteurs, ils auront certainement des conseils pour l’apprêter et le déguster à son meilleur.

« On veut amener les gens à aller un peu plus loin que les carottes, tomates, et concombres, par exemple. Le chou-rave et les aubergines ne sont pas très populaires au Québec, alors que les betteraves sont souvent servies marinées. Pourtant, il existe des milliers de façons de les apprêter. Sortez des sentiers battus. Le plaisir de manger c’est explorer, goûter, se questionner et partager. »

 5- Évitez de marchander 
La négociation n’est pas conseillée au marché. Si une personne essaie de revoir le prix d’un aliment à la baisse, les producteurs seront tentés d’entamer la conversation afin de faire comprendre les réalités du métier. «On informe les clients des coûts engendrés et des raisons du coût fixé. Ils comprennent rapidement ce que ça engendre. C’est une forme d’éducation aussi. »

Bref, le marché est reconnu comme étant l’extension des activités de production et de transformation à la ferme. C’est non seulement une partie de plaisir pour les papilles, mais c’est aussi une façon de se faire conseiller par des mordus d’agriculture qui en savent mieux que quiconque sur le sujet.

Pour en connaître davantage sur la réalité de Dany Bouchard et de jeunes agriculteurs qui l’accompagne, regardez la nouvelle série Les Fermiers, tous les jeudis, 20h, sur UNIS TV.  On y parle des enjeux et des défis rencontrés sur la Ferme des Quatre-temps et les façons de se réinventer et de concevoir l’agriculture.

Vous avez manqué l’émission? Suivant sa diffusion télévisuelle, chacun des épisodes est disponible en ligne pendant sept jours sur le site d’unis.ca.

1 commentaire

  • petite expérience que j’ai fait au printemps dernier vu que j’observe que je n »ai plus de coccinelle rouge et noir,plus de sauterelle plus de libellule plus d’abeille chez moi depuis l’arrivé des coccinelles asiatique,j’ai planté beaucoup ,beaucoup de myosotis aux pieds des plants de bleuets don la fleures arrive tôt au printemps et sa fonctionne j’attire des bourdons en bonne quantité tout l’été et les fleures de mentes les attirent aussi, mes fleuris plus tard ,je plante mes fèves dans le sable elles sont plus belles que dans mon jardin ,je n’arrive pas a faire pousser correctement les épinards si vous avez un truc dite le moi merci

Abonnement à l'infolettre