LE must

Le réveillon de Salomé Corbo!

Salomé Corbo

À l’approche de Noël, certains trépignent d’impatience (moi !) alors que d’autres préféreraient être catapultés au 5 janvier et éviter toute cette cohue. Pour mieux comprendre ce phénomène et analyser pourquoi la magie que l’on ressentait enfant s’estompe parfois à l’âge adulte, on s’est tourné vers des personnalités qui nous ont ouvert les portes de leur Noël en famille. Découvrez le réveillon de Salomé Corbo! | Propos recueillis par Mathilde Condrain-Morel

À quoi ressemble un Noël parfait pour vous aujourd’hui ?
Pour moi, un Noël parfait c’est surtout du temps. Du temps entre nous, en famille, avec de gros flocons blancs, parce que ça aide ! Je dirais que c’est quand tout le monde a la tête à la fête avec un plaisir enfantin. À Noël, il faut définitivement se connecter sur les enfants puisqu’ils ont la meilleure attitude par rapport aux festivités.

Enfant, qu’est-ce qui était le plus important pour vous ?
J’ai grandi en France et, là-bas, les Noëls n’ont rien à voir avec ceux du Québec. On les passe surtout entre amis et on fait plusieurs petites rencontres en plus petits groupes.

À votre avis, à quoi vos enfants ont-ils le plus hâte ?
Comme tous les enfants, ils ont hâte aux cadeaux ! Mais, je suis chanceuse puisqu’ils sont assez raisonnables. Par contre, ils ont également très hâte à tous ces petits trucs spéciaux, comme le fait que ma mère vienne dormir à la maison. Ils aiment vraiment ce qui sort de l’ordinaire et qui rend cette période si particulière.

BiscuitsExiste-t-il des traditions du temps des fêtes dans votre famille ?
Cuisiner des biscuits ou une maison en pain d’épice entre Noël et le Jour de l’an. Faire une photo en pyjama près du sapin ou du foyer, en reproduisant la même pose que l’année d’avant pour bien voir l’évolution de mes enfants qui grandissent. Sinon, mon père fait les traditionnelles boulettes italiennes, une recette familiale ancestrale que personne d’autre que lui ne peut faire. Du côté de mon chum, son père fait quant à lui de délicieux biscuits, alors qu’il ne cuisine généralement pas.

Quels sont vos trucs pour limiter le stress ?
Noël, c’est aussi une fête païenne pour célébrer le retour de la lumière. Nous sommes généralement brûlés et fatigués après deux mois de grisaille et de noirceur et c’est intéressant de garder en tête que la lumière revient. Pendant cette période, on peut laisser la perfection de côté pour revenir à la simplicité des petits bonheurs. Au lieu de chercher l’abondance, qui mène souvent au gaspillage, c’est moins stressant d’abaisser nos standards de réussite sociale et de retourner à ce qui nous émeut, simplement parce que ça fait plaisir.

Ajouter un commentaire

Abonnement à l'infolettre