LE must

À la découverte de l’argousier

Surnommée par certains « la nouvelle canneberge » du Québec, la baie d’argousier fait de plus en plus parler d’elle, tant pour ses vertus nutritionnelles que cosmétiques. Dans les jardins expérimentaux de l’Université Laval, des chercheurs s’attardent à faire pousser différents cultivars d’un arbuste sibérien épineux. Son fruit, une petite baie ronde orangée à la chair juteuse pousse en grappes compactes le long des branches. L’argousier, cet arbuste méconnu, risque fort de prendre d’assaut le marché alimentaire d’ici, tant on lui découvre de vertus…| Par Sophie Peloquin, BSc. MSc.

De quoi piquer la curiosité !

L’argousier (Hippophae rhamnoides) n’est pas indigène au Québec. Il a été implanté en Amérique du Nord au début des années 30. Cultivé majoritairement dans les prairies canadiennes et au Québec, l’argousier n’est exploité commercialement que depuis une dizaine d’années.

La baie de l’argousier, un peu plus grosse qu’un bleuet sauvage, a un goût généralement acidulé qui s’apparente à celui de la pomme et de l’ananas. Très fragile, elle est difficile à cueillir à la main. On effectue sa cueillette en coupant les branches complètes de l’arbuste qu’on mettra au congélateur. Une fois bien surgelée, elle s’égrainera facilement.

Outre ses fruits, les graines, les feuilles et l’écorce de l’argousier peuvent être utilisées pour en extraire des composantes intéressantes pour les industries alimentaire, cosmétique et pharmaceutique.

Un fruit en or

 On estime que la baie d’argousier serait le fruit le plus riche en vitamine C jamais découvert. Bien que la teneur exacte fluctue d’une variété à l’autre, cette baie contiendrait en moyenne plus de 600 mg de vitamine C par 100 g, soit 30 fois plus que l’orange! La baie d’argousier contient aussi d’autres antioxydants puissants de la famille des polyphénols, dont les caroténoïdes, responsables de sa couleur orangée, et les flavonoïdes1.

En pressant le fruit et ses graines, on obtient l’huile d’argousier. Cette huile, riche en vitamine E, contient des gras mono et polyinsaturés, dont l’acide palmitoléique, un gras rare présent dans la peau et reconnu pour favoriser la régénération cellulaire et la cicatrisation2.

Aux grands maux, les petits fruits

 On utilise l’argousier depuis des siècles en médecine traditionnelle chinoise, pour traiter les affections cutanées dont l’eczéma, la rosacée et l’acné, pour le traitement de problèmes digestifs et des troubles cardio-vasculaires3.

L’argousier contiendrait certaines composantes anti-inflammatoires, qui pourraient expliquer son rôle dans la réduction des douleurs arthritiques4. D’autres études suggèrent que l’argousier renforcerait le système immunitaire, favoriserait la santé oculaire, et jouerait un rôle dans la régulation hormonale. Finalement, le potentiel anticancérigène de l’argousier attire aussi de plus en plus l’attention5.

L’argousier dans les produits cosmétiques

 Considérant le pouvoir antioxydant de l’argousier, on ne s’étonne pas de le retrouver dans les produits cosmétiques anti-âge. La compagnie finlandaise Lumene a développé la gamme Premium Beauty, destinée aux femmes de plus de 50 ans, contenant une variété d’argousier cultivée au nord de la Finlande (produits disponibles sur l’Internet).

La riche teneur en vitamine E et en acides gras de l’argousier en fait aussi un bon ingrédient dans la préparation de lotion hydratante. Les caroténoïdes de l’argousier pourraient protéger des effets néfastes des rayons UV, en faisant un ingrédient de choix dans la fabrication de produits solaires. La compagnie Dr. Haschka offre une gamme d’écrans solaires enrichis d’argousier (disponible chez Jean Coutu, prix ?)

L’argousier dans votre assiette

 L’argousier peut s’acheter à l’état surgelé directement du producteur (environ 10 $ le kilo). On peut consommer la baie entière, ou en extraire le jus. Mais puisque le goût acidulé de la baie peut la rendre difficile à apprécier seule, c’est surtout sous la forme de produits transformés que les producteurs entendent faire découvrir l’argousier (jus, gelées, compotes et boissons alcoolisées).

Mais peu importe sa forme, après les baies de chez nous comme le bleuet et la canneberge, ou les baies tropicales comme l’açai et la baie de Goji, l’argousier a tout pour nous convaincre que c’est dans les petits fruits qu’on retrouve les meilleurs onguents!

L’argousier dans le monde

L’argousier est une plante indigène d’Asie et d’Europe. Adapté au sol sec, rocailleux ou sablonneux, on retrouve principalement l’argousier dans les régions montagneuses de la Chine et de la Russie, ou sur les côtes de la mer baltique en Finlande et en Suède, puisque ses plants supportent bien les grands vents et l’air salin (d’où son nom anglais, sea buckthorn). Au sud de l’Europe, on retrouve l’argousier jusque dans les Alpes et les Pyrénées.

 

En savoir plus

 

Association des producteurs d’argousier du Québec : www.argousier.qc.ca

Ajouter un commentaire

Abonnement à l'infolettre