LE must

Le miel se la coule douce

Le miel se la coule douce

Le miel est une richesse dont les propriétés ne cessent de nous épater. Il respire la nature ! Au Québec, le miel d’ici est une fierté au même titre que les huiles d’olive en Italie et les vins en France. 

Et ce n’est pas les apiculteurs qui diront le contraire. En effet, on dénombre 8 500 apiculteurs qui s’occupent de 720 000 colonies d’abeilles dans l’ensemble du Canada, dont Bernard Guzzi, à Laval. On accorde au miel de nombreux bienfaits sur la santé et nous lisons beaucoup de choses à son sujet, mais qu’en est-il réellement ? | Par Hubert Cormier, nutritionniste

La production du fameux nectar provient de la culture des arbres fruitiers, des petits fruits ou encore des nombreuses fleurs sauvages de nos belles régions. Le miel est un produit naturel et polyvalent. Celui-ci est issu du nectar ou des sécrétions sucrées de certaines plantes, transformés et emmagasinés dans les alvéoles des ruches.

ÉNERGIE DORÉE

Énergie doréeLe miel est composé à 80 % de glucides et possède un pouvoir sucrant deux fois plus élevé que le sucre blanc, c’est-à-dire que son goût sucré est plus prononcé. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on doit en mettre moins lorsqu’on l’utilise. En effet, 180 ml (3/4 de tasse) de miel peuvent très bien remplacer jusqu’à 250 ml (1 tasse) de sucre dans une recette, mais n’oubliez pas de retirer l’équivalent de 3 cuillères à soupe de liquide pour préserver la consistance de votre plat. De plus, contrairement au sucre raffiné, le miel a un indice glycémique moins élevé, ce qui signifie qu’il sera digéré et transformé en glucose dans votre sang plus lentement, limitant alors l’effet sur votre glycémie. Les aliments avec un indice glycémique faible peuvent aider à contrôler votre taux de cholestérol et votre appétit, et à réduire le risque de maladies du coeur et de diabète de type 2. Avec modération Toutefois, le miel demeure un sucre et il doit être consommé avec modération. En effet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) suggère désormais de consommer moins de 10 % de notre apport quotidien en sucre sous forme de sucres ajoutés, ce qui équivaut à 50 grammes par jour. Actuellement, la consommation de sucre représenterait 21 % de l’apport calorique des Canadiens ! Bref, nul besoin de tout calculer, mais surveillez plutôt la liste des ingrédients des produits que vous achetez, et évitez ceux dans lesquels on a ajouté du sucre. Vous verrez déjà de belles améliorations.

LES 4 BIENFAITS DU MIEL

  1. Antibactérien
    Le miel a de nombreuses vertus nutritives. Tout d’abord, c’est un antibactérien naturel. Selon une récente étude menée par des chercheurs suédois, le miel contiendrait plusieurs bactéries lactiques permettant de lutter contre différents agents pathogènes. Ces bactéries sont en fait issues de l’estomac des abeilles. Additionné à une tasse d’eau chaude, du citron et du gingembre, le miel peut par exemple apaiser des maux de gorge. Cependant, la plupart des bactéries lactiques ne survivent pas au processus de pasteurisation du miel. Au Canada, la pasteurisation est un choix commercial si bien qu’on trouve en magasin facilement du miel pasteurisé et non pasteurisé. Cependant, les compagnies sont obligées de le mentionner sur l’étiquette puisqu’elles sont soumises au Règlement sur le miel. Or, attention, dans tous les cas, on ne doit pas donner de miel aux enfants de moins d’un an ni aux femmes enceintes en raison du risque de botulisme infantile, puisque la pasteurisation apicole ne permet pas la destruction des spores de la bactérie clostridium botulinum.
  2. Anti-inflammatoire
    D’autre part, les propriétés anti-inflammatoires reconnues du miel ne sont pas écartées, notamment dans les pathologies gastro-intestinales telles que l’inflammation ou l’ulcère de l’estomac. Cependant, le potentiel thérapeutique antibactérien du miel reste à prouver.
  3. Antioxydant
    Qui plus est, une autre étude, de l’Université de l’Illinois aux États-Unis, tend à montrer que le miel est également une source d’antioxydants, en partie grâce à sa teneur en flavonoïdes. Les antioxydants protègent le corps et permettent de prévenir l’apparition de certaines pathologies cardiovasculaires, certains cancers ou certaines maladies neurologiques. Cependant, des études complémentaires à ces premiers résultats seront nécessaires pour déterminer la corrélation entre la consommation de miel et les bienfaits pour la santé reliée aux antioxydants.
  4. Prébiotique
    Enfin, selon certaines études exploratoires, le miel semble agir tel un prébiotique, servant à alimenter les bonnes bactéries ou probiotiques présents dans l’intestin. Autrement dit, les glucides du miel, et plus précisément les oligosaccharides, favoriseraient l’activité et la croissance des bactéries de la flore intestinale, bénéfiques pour la santé de notre microbiote intestinal.

Ajouter un commentaire

Abonnement à l'infolettre