LE must

Saint-Martin, l’île amicale

Situé dans la mer des Caraïbes, Saint-Martin (Sint Maarten en néerlandais) est la destination voyage pour les amoureux des plaisirs de la bouche. LE must vous présente ses coups de cœur. | Par Marjolaine Jetté

Deux côtés, une île

D’abord prisé pour ses réserves salines, fort utiles pour la conservation des aliments, Saint-Martin, habité par des Néerlandais, des Espagnols et des Français depuis plus de 350 ans, a été divisé en deux parties à la suite du départ des Espagnols en 1648, ayant conduit à la signature du traité de Concordia. Ses habitants se partagent aujourd’hui paisiblement la partie française, au nord et la partie néerlandaise, au sud.

Saint-Martin, dont le surnom est The friendly island (l’île sympathique), est une toute petite île de 93 km2 où le nombre restreint d’habitants invite à la proximité : tout le monde se connaît, se salue, se klaxonne. Une route principale en fait le tour par la côte. La principale source de commerce sur l’île est le tourisme. On y fait maintenant peu de production et peu d’élevage. C’est pourquoi beaucoup des denrées de base sont importées.

La partie française de l’île présente une vieille architecture française et a gardé son charme d’antan avec les maisons de style Gingerbread et les bistros de bord de rue. Ce côté est moins commercial, les hôtels sont plus petits et leur service plus personnalisé. On y retrouve les résidences de plusieurs célébrités telles que Madonna, Clint Eastwood et Eddy Murphy.

Du côté néerlendais: on retrouve une grande partie des commerces, des emplois, des grands hôtels et des boutiques. Jusqu’à huit bateaux de croisière amarrent chaque matin durant la saison haute au port de Philipsburg. Cela représente jusqu’à 32 000 personnes qui descendent des navires pour aller se promener dans les rues et visiter les boutiques chics vendant bijoux, produits d’électronique, nappes, etc.

Une table métissée: La cuisine des deux zones est teintée par ces deux cultures, mais aussi par celles d’une centaine de nationalités. Vous y découvrirez un mélange unique du chic européen et du charme des Caraïbes. La cuisine française côtoie la cuisine créole autant que celle de l’Italie, par exemple. Un séjour à Saint-Martin offre donc beaucoup plus de possibilités gustatives que le nombre de repas ne vous permettra d’en essayer.

Les musts à se mettre sous la dent

  • Homard;
  • Poissons locaux dont le mahi-mahi (dolphinfish), le vivaneau (snapper) et le thon;
  • Viandes grillées à la créole;
  • Bananes plantains;
  • Eau de coco (à boire à même la noix);
  • Conque (Conch – mollusque provenant d’un gros coquillage);
  • Dos de crabe farci;
  • Boudin;
  • Chayotte ou cristophine (fruit consommé comme un légume);
  • Lobster Johnny cakes (gâteau de maïs et homard);
  • Le rhum Guavaberry (fait à Philipsburg).

Les marchés

Pour se procurer des produits frais, visitez Marigot, la capitale de la partie française. Près de la gare maritime, les commerçants installent leurs kiosques aux petites heures, surtout ceux qui vendent de la viande et du poisson frais, pour éviter de les exposer à la chaleur. On y trouve aussi des fruits, des légumes et des épices, notamment des avocats, des patates douces, de la noix de coco et des fruits exotiques.

Découvertes

  • La pata negra est le surnom donné au jambon ibérique provenant de l’Espagne. Ce jambon cru traditionnel occupe une place importante dans la gastronomie du pays. Il provient des porcs de race ibérique de couleur noire.
  • Le Limon cress est une des 150 variétés de basilic existantes. Son goût est légèrement citronné, anisé et mentholé. Il se marie bien aux pâtes et aux fruits de mer, mais aussi aux crèmes glacées et aux sorbets.
  • Le hete bliksem est un mets traditionnel d’Allemagne. Il est composé d’un mélange de pommes de terre et de compote de pommes. On le sert principalement accompagné de boudin noir et d’oignons frits ou encore de saucisse.
  • Le coing est un fruit qui a la forme d’une poire. À maturité, il est de couleur jaune; sa chair est ferme, sèche et très parfumée. On le transforme en confitures, on en fait des gâteaux ou on le sert dans les tajines ou dans les soupes.
  • Les bitterbal sont des croquettes faites à base de bœuf ou de veau. Elles sont façonnées sous forme de petites boules, qu’on trempe dans la chapelure pour ensuite les frire. On en retrouve principalement dans les Antilles néerlandaises, aux Pays-Bas et en Belgique.

Ajouter un commentaire

Abonnement Infolettre