LE must

Dent sucrée… bien élevée

Photo: Jennifer Pallian / unsplash

Le dessert… On a parfois l’impression que c’est la récréation du repas. Le service où l’on redevient enfant. Celui où la grosseur de la portion ne peut être que trop petite. Avouez que vous vous êtes déjà privé d’une deuxième portion de légumes afin que votre estomac puisse contenir une part de gâteau! Toutes les douceurs de fin de repas demandent quand même un minimum de savoir-vivre. Voici le petit guide de la dent sucrée bien élevée. | Par Josée Bournival

Le mot le dit. Le dessert est le dernier plat d’un repas. Étymologiquement, « dessert » vient du déverbal du verbe desservir. Il est normalement constitué d’aliments plus ou moins sucrés, mais le dernier service pourrait très bien consister en une belle assiette de fromages, qui serait alors appelée dessert. Voici pour vous “l’étiquette” que l’on devrait respecter au dessert. Évidemment, on peut en prendre et en laisser, mais amusez-vous à les appliquer et voir comment

Le souper est terminé. Ça y est, c’est l’heure du dessert! Il est important d’attendre que tous les convives aient terminé leur plat principal avant de passer au dessert et ce, même si les enfants réclament leur part du gâteau. La bienséance veut que lorsque les convives terminent leur assiette, on retire les couverts (assiette et ustensiles inclus). Cela libère la place pour apporter le dessert. C’est donc à ce moment que vous devez disposer la quincaillerie qui servira à manger votre dernier service.

Cette quincaillerie se compose de l’assiette à dessert et des ustensiles s’y rattachant. Il existe des fourchettes, des cuillers et des couteaux à dessert. Lors d’un repas formel, on disposera obligatoirement la fourchette et la cuiller. La première se plaçant en haut de l’assiette, les dents vers la droite. La cuiller à dessert sera placée juste au-dessus, la partie creuse vers la gauche. Pour un repas familial ou à la bonne franquette, on n’utilise que l’un ou l’autre des deux ustensiles, dépendamment de la consistance du dessert. Tout ce qui est crème, mousse, pudding et yaourt se mange à la cuiller. Les tartes, gâteaux et autres desserts solides requièrent la fourchette. Le couteau intervient seulement si vous croyez que vos invités seront incapables de couper le dessert simplement à l’aide de leur fourchette.

Si votre dernier service est composé de fruits, les choses se corsent un peu. Pour les fruits frais, on offre couteau et fourchette. L’invité pourra ainsi couper les bouchées à la grosseur désirée. Le couteau sera alors déposé à la droite de l’assiette à dessert et la fourchette au dessus. Les baies sont l’exception qui confirme la règle. Elles sont servies avec la cuiller, tout comme les fruits dans un sirop (fruits en conserve par exemple). Si jamais les fruits proposés contiennent des noyaux (melon d’eau, raisins ou autres) la technique est fort simple: les noyaux doivent ressortir de votre bouche comme ils y sont entrés. Par exemple, vous mangez un morceau de melon. Conservez les noyaux dans votre bouche le temps d’avaler le fruit. Ensuite, introduisez la fourchette dans votre bouche afin d’y déposer élégamment les noyaux que la fourchette seule déposera dans votre assiette.

Tout comme le plat principal est normalement accompagné d’un vin, le dessert peut aussi être servi avec un alcool. Il faudra donc apporter à ce moment la coupe dans laquelle il sera servi. Si vous optez plutôt pour le café et le thé, la tasse fera partie des éléments à disposer sur la table à ce moment du repas. Prenez le temps de déposer la tasse avec la poignée à droite de votre invité. Et de grâce, lorsque vous mélangez le sucre ou le lait dans votre café, éviter de faire du bruit en frappant la cuiller contre les parois de la tasse. Lorsque tout est en place, on apporte le dessert proprement dit. Dessert qui devrait être déjà en portion individuelle. Sinon, voici quelques règles à suivre.

L’hôtesse devra faire le service du dessert pour tous les invités à moins qu’elle invite ses invités à se servir eux-mêmes. On ne prend jamais de dessert avant d’y avoir été invité. Les gâteaux et tartes peuvent être divisés en 8 portions. Pour y arriver facilement, vous pouvez trancher le dessert en deux parties égales et ensuite trancher votre pointe personnelle. Prenez le temps de compter le nombre d’invités. Si vous êtes plus que 8, votre part devra être plus petite afin que tous puissent goûter au dessert. Si vous n’êtes que 4, cela n’implique pas que vous ayez droit à un quart du gâteau, la règle des 8 portions s’applique quand même.

La tarte aux poires de votre amie Céline est tellement bonne que vous en voudriez une deuxième portion? Non, non, non et non. À moins que Céline ne remarque la salive qui coule aux commissures de vos lèvres et le regard fiévreux que vous lancez à son restant de tarte et vous invite à en prendre un autre morceau. Dans ce cas, la deuxième portion devra être plus petite que la première. Vous devrez aussi attendre que tous les convives aient eu leur première part.

Vous êtes bien repu? Parfait. Cependant, ne faites pas l’erreur d’offrir à table de la gomme à mâcher pour mieux digérer ou des cure-dents. Ces deux activités se pratiquent loin de la table et des autres convives. Alors, l’étiquette au dessert, ça vous plaît?

Ajouter un commentaire

Abonnement à l'infolettre