LE must

La nutricosmétique : révélation ou sorcellerie ?

On souhaite avoir une belle peau, de beaux ongles et de beaux cheveux ? Depuis quelque temps, apparaissent sur les tablettes de la pharmacie des compléments alimentaires qui disent agir sur l’image corporelle. | Par Charline-Ève Pilon

Ces dernières années, des spécialistes s’intéressent à la nutricosmétique, c’est-à-dire des produits sous forme de gélules et de mixtures qui agissent de l’intérieur vers l’extérieur plutôt que de stimuler uniquement la surface de la peau. Issus d’ingrédients faisant partie de l’alimentation et de la cosmétologie, ces compléments font la promesse d’une chevelure qui irradie ou d’un teint éclatant. Simple coup de marketing ou véritable révolution beauté ?

Tendance beauté planétaire

Alors qu’ailleurs la nutricosmétique connaît un décollage assez remarquable, elle en est encore à ses débuts ici. On trouve tout de même déjà certains produits beauté faits à base de fruits, de légumes et de noix, comme la gamme de produits Eminence, qui se tourne vers la nature pour remédier à certains problèmes cutanés. Certaines herbes et infusions sont également reconnues pour leurs bénéfices sur la peau, comme le thé du Labrador, qui agit comme antioxydant et qui a des effets avérés sur l’élasticité de la peau.

Cette tendance dans la nutricosmétique provient de l’Asie, où elle connaît un grand essor, principalement au Japon. En plus d’y vendre des produits sous forme de pilules, on peut y dénicher une panoplie d’aliments « beauté », tels que des friandises au collagène, des jus enrichis de vitamines et des infusions aux enzymes.
En Europe, le phénomène surfe sur la vague grâce à ces aînés qui cherchent par tous les moyens à rester en santé, en beauté et le plus actifs possible. Aux États-Unis, cela fait déjà une quinzaine d’années que ce mouvement cosmétique s’est installé. Le dermatologue Nicholas Perricone a été l’un des premiers à conclure, par l’entremise d’études, que la seule façon de ralentir l’apparition de rides résidait dans l’adoption d’une saine alimentation, en plus de l’absorption de vitamines et gélules d’antioxydants.
Par ailleurs, le marché nord-américain pourrait croître de 15 % d’ici plus de cinq ans en raison du vieillissement de la population. Et malgré le fait qu’elle en soit à ses balbutiements sur le continent, l’industrie de la nutricosmétique atteint déjà une valeur de près de 150 millions de dollars.

Être ce que l’on mange

Certains nutriments sont reconnus pour leurs bienfaits :
Il a été prouvé que la vitamine A participe à la régénération de la peau.
Les vitamines C, E ainsi que le thé vert réduisent la toxicité des rayons UV et préservent la santé de la peau.
Les oméga-3 aident à diminuer l’inflammation due à l’acné et au psoriasis.
La vitamine B8, ou biotine, régénère les ongles mous et les cheveux cassants.

L’idée selon laquelle le teint que nous affichons est influencé par la façon dont on se nourrit rallie la majorité. Toutefois, pour la nutritionniste et diététiste Anne-Marie Roy, c’est la saine alimentation qui doit être prônée et non pas des capsules contenant l’extrait concentré d’un ingrédient. « Le fait d’isoler différents nutriments ne me plaît pas vraiment. On a récemment prouvé que des gélules de lycopène et de bêta-carotène consommées en grande quantité donnaient l’effet contraire des bénéfices qu’ils apportent naturellement dans les tomates et les carottes. »

Selon cette nutritionniste, la meilleure façon de retirer les bienfaits de l’alimentation et de voir un impact réel sur l’image corporelle, c’est de consommer les aliments frais. « Pourquoi prendre des capsules d’antioxydants lorsqu’on peut boire du thé ? Pourquoi prendre des gélules d’oméga-3 et absorber une grande quantité de mercure alors qu’on peut opter pour du vrai poisson ? »

C’est « bon » pour le moral

Quant à la journaliste mode et beauté Cindy Laverdière, elle y voit dans la formule de la nutricosmétique une belle solution de rechange aux soins hydratants corporels. « Parmi les ingrédients des crèmes, on trouve plein de produits chimiques. Je ne trouve pas ça sécuritaire de se mettre ça dans le visage. »

Toutefois, elle n’est pas convaincue que tous les produits s’équivalent et se questionne à savoir s’ils n’offrent pas, pour la plupart, qu’un effet placebo. « Je connais des gens qui prennent des gélules faites à base de kératine qui aident les cheveux et les ongles. Ça marche vraiment. Pour les autres produits, peut-être que ça reste psychologique et non physiologique. »

Pour le moment, du moins, rien de semble prouver que la nutricosmétique soit efficace. Au final, elle pourrait être ajoutée tel un complément à un mode de vie sain. Toutefois, il semble que l’on soit encore loin de la fontaine de Jouvence.

Ajouter un commentaire

Abonnement Infolettre