LE must

Comment la pandémie de COVID -19 a accéléré la livraison autonome des produits d’épicerie – Partie 1 : Vive les drones

Des entreprises technologiques affirment que la demande croissante et les règles environnementales accélèrent le déploiement des drones et des véhicules sans conducteur. 

Pour la plupart des consommateurs, la livraison autonome de l’épicerie a toujours été davantage perçue comme un plus qu’une nécessité absolue. 

Cependant, pendant la pandémie, le désir de livraison sans contact s’est rapidement développé. C’est là que l’idée de faire appel à un robot pour livrer du lait, des œufs, des céréales et d’autres produits est soudainement devenue beaucoup plus intéressante pour les consommateurs et les entreprises. 

Des entreprises technologiques telles que Nuro et Starship Technologies affirment que leurs robots font désormais des heures supplémentaires pour livrer des produits alimentaires et autres articles divers. Elles accélèrent le calendrier de leurs programmes pilotes, travaillent avec les autorités locales et nationales pour réduire les formalités administratives et s’efforcent d’innover rapidement et de suivre l’évolution du marché. 

« Nous avons vu le commerce électronique de l’épicerie doubler dans certains cas, et grâce à notre partenariat avec Kroger, il a plus que doublé », a déclaré David Estrada, directeur juridique et politique de Nuro, qui mène actuellement un projet pilote avec Kroger dans de nombreux secteurs de la ville de Houston. 

Des programmes de livraison en drones ont récemment vu le jour 

Amazon et Walmart ont toutes deux lancé récemment des programmes de livraison à l’aide de drones, mettant en lumière un service futuriste qui promet d’accélérer les délais de livraison et de réduire les coûts. 

Toutefois, la livraison à l’aide de drones s’accompagne de restrictions, notamment en ce qui concerne l’endroit où les véhicules peuvent fonctionner et la vitesse à laquelle ils peuvent rouler. 

« Alors que la livraison effectuée par des robots est devenue une réalité dans plusieurs secteurs soigneusement choisis (faible circulation, infrastructure généralement bienent retenue), il y a beaucoup de villes où les robots de livraison seraient confrontés à des défis importants pour se déplacer en toute sécurité », a fait savoir une évaluation récente de la publication professionnelle AutoWeek. 

Les entreprises de livraison autonomes affirment que les zones géographiques où leurs robots peuvent fonctionner s’étendent progressivement. 

Cependant, il faudra encore un certain temps avant que la technologie ne soit évolutive et rentable, ont déclaré les responsables de l’entreprise. 

« Pour nous, l’une des choses importantes est de faire en sorte que l’économie unitaire et le prix de ces véhicules soient suffisamment bas », a déclaré Matthew Johnson-Roberson, cofondateur de Refraction AI, dont les véhicules livrent actuellement des provisions et des repas de restaurant dans le Michigan. 

Voici un aperçu de quatre entreprises de livraison autonomes, des progrès qu’elles ont réalisés pendant la pandémie et des défis qu’il leur reste à relever. 

Nuro 

Siège social : Mountain View, en Californi 

Partenaires : Kroger, Walmart, CVS 

Vitesse maximale de son robot : 25 miles à l’heure 

Nuro a remporté une victoire importante en février 2020 lorsque le ministère américain des Transports a accordé l’homologation pour les véhicules R2 entièrement autonomes de l’entreprise – la première homologation de ce type pour un véhicule de livraison sans conducteur. Aujourd’hui, explique M. Estrada, l’entreprise travaille avec les autorités pour lui permettre d’augmenter la vitesse maximale de ses véhicules, actuellement de 25 miles à l’heure, ce qui lui permettrait de circuler sur un plus grand nombre de routes. 

Le ministère des Transports a reconnu que les véhicules de livraison comme le R2 n’ont pas à respecter les réglementations traditionnelles sur les véhicules, a déclaré M. Estrada. Le R2 n’a pas de rétroviseurs latéraux, de rétroviseurs extérieurs ou de coussins gonflables. 

Nuro avait prévu de sortir le R2 au printemps, mais a changé d’avis alors que les épiciers se battaient pour garder leurs étagères et leurs entrepôts bien approvisionnés. 

  1. Estrada a déclaré que la société prévoit de déployer le R2 à Houston cette année avec l’un de ses partenaires – actuellement Kroger, Walmart, CVS et Domino’s.

De plus en plus d’entreprises intéressées par ce service futuriste 

Kroger s’est associée à Nuro en 2018 et a commencé à proposer des livraisons grâce aux véhicules R1 de l’entreprise technologique en Arizona. Ce projet pilote a été transféré à Houston l’année dernière, où les clients de Kroger, répartis en six codes postaux, reçoivent actuellement des livraisons d’épicerie des véhicules Toyota Prius habités utilisant la technologie R2. 

Selon M. Estrada, l’augmentation significative des livraisons cette année aura permis à Nuro d’affiner sa technologie. Il a noté que le service s’est implanté dans le mode de vie des gens, carles clients de Kroger s’habituent à commander, à recevoir un SMS lorsque leurs courses arrivent et à marcher jusqu’au trottoir pour tout récupérer. 

Nuro travaille actuellement à un véhicule de la nouvelle génération sans conducteur, connu sous le nom de R3. Selon M. Estrada, il deviendra à terme le véhicule de livraison principal de la société. 

Nuro, qui a reçu un investissement de près d’un milliard de dollars l’année dernière de la part de Softbank, présente également ses véhicules robotisés comme une solution de service pour les desserts alimentaires, notant que les véhicules pourraient servir des marchés qui ne sont pas viables pour un magasin à service complet et à un coût opérationnel moindre. 

« Nous avons des conversations avec nos partenaires et nous allons nous concentrer de plus en plus sur ce point, a déclaré M. Estrada. C’est un problème qu’ils ont voulu résoudre et pour lequel ils n’ont pas trouvé de bonne solution, et maintenant nous proposons une meilleure solution. » 


Starship Technologies 

Siège social : San Francisco 

Partenaire : Save Mart 

Vitesse maximale de son robot : 4 miles à l’heure 

Avant la pandémie, le principal endroit où l’on pouvait trouver les robots de Starship sur les trottoirs des campus universitaires américains, où ils livraient des repas aux étudiants. Après la fermeture des écoles, Starship est passée aux livraisons d’épicerie. 

Au Royaume-Uni, ce printemps, le service de l’entreprise dans la banlieue de Londres s’est développé au point d’ajouter plusieurs épiceries par semaine, a déclaré Ryan Tuohy, vice-président senior du développement commercial de Starship. 

En quelques mois seulement, elle a ajouté 50 000 foyers, a conclu des partenariats avec Tesco et Budgens en plus de son partenaire initial, Coop, et a rempli des centaines de milliers de commandes qui ont amélioré ses renseignements sur les livraisons. 

En octobre dernier, Starship a conclu son premier contrat avec un épicier américain, Save Mart, qui proposera la livraison depuis son magasin phare de Modesto, en Californie. 

Un robot petit vite adopté par les consommateurs 

Les robots de Starship, qui ne roulent qu’à 4 miles à heure, peuvent sembler trop lents pour s’adapter au rythme rapide des commandes d’épicerie en ligne. Mais M. Tuohy a déclaré qu’ils pouvaient prendre en charge la plupart des livraisons en deux heures, voire en une heure, car les acheteurs vivent généralement à quelques kilomètres de leur épicerie préférée. 

Bien que chaque véhicule ne puisse transporter que deux ou trois sacs d’épicerie – une quantité apparemment faible à une époque où les courses de stock sont devenues la norme –, il a noté qu’un sous-ensemble important de clients commandent deux ou trois fois par semaine grâce au service. 

Starship offre un service grâce à sa propre application et à son marché qui, selon la région, comprend des épiceries ainsi que des restaurants. M. Tuohy a déclaré que c’était ainsi que la société préférait travailler avec les épiciers, mais a laissé entendre que d’autres arrangements étaient possibles. 

« Il y a un effet additif à avoir un réseau de choix différents au sein de l’application, at- il déclaré. Le temps nous dira comment nos partenariats et nos relations évolueront, mais je crois de tout cœur à la valeur d’un marché. » 

Starship a actuellement 1 000 robots en servicedans le monde, et M. Tuohy a déclaré que la société travaille rapidement pour augmenterce nombre. Elle perfectionne également en permanence l’intelligence artificielle de ses véhicules. Les robots effectuent plus de 90 % des mouvements de façon autonome, mais un contrôleur humain à distance doit se déplacer dans les endroits délicats comme les carrefours et les zones de construction. 

« Nous avons traversé des rues plus de 5 millions de fois, et la plupart du temps, le robot est autonome, mais il y a certaines conditions de circulation qui poussent le robot à demander la permission pour un passage particulier », a-t-il déclaré. 

Source : L’Actualité ALIMENTAIRE 

Ne manquez pas la suite de cet article la semaine prochaine sur notre site. 

Abonnement Infolettre