LE must

L’autocueillette, à hauteur d’enfant

Autocueillette à hauteur d'enfants

Les enfants s’ennuient sur la banquette arrière et ont besoin de dépenser leur énergie ? Initiez-les à une activité agrotouristique où ils auront les mains dans la terre : l’autocueillette de fruits et de légumes. Une sortie familiale ludique qui permet d’en apprendre plus sur la provenance des aliments tout en faisant provision de savoureux produits à déguster toute l’année !

Souvenirs de cueillette
Dans notre famille, il y a une tradition qui se perpétue de génération en génération. Toute petite, j’allais passer quelques heures à Deschaillons chez ma grand-mère du côté paternel qui avait un immense jardin. L’été, j’avais la chance d’aller cueillir des fèves, carottes, pommes de terre et autres les légumes traditionnels du temps.

À ce moment, je n’avais pas pleinement conscience de la richesse de ce geste et de tout ce que représentait cet immense jardin. Je me souviens même d’être allée y cueillir ma citrouille. Pouvoir dire que la grosse courge orange venait du jardin familial était une fierté. Mes filles n’ont peut-être pas eu la chance de vivre cette expérience, mais elles partagent le rituel de la cueillette d’une autre façon. – Lyne Gosselin, éditrice du magazine LE must

Tombées dans le bleuet !
Autocueillette à hauteur d'enfantsNous sommes trois soeurs de 9, 13 et 14 ans. Nous adorons aider notre grand-père paternel pour le rituel annuel de la cueillette des bleuets. Lorsque nous allons à son camping durant l’été, nous avons hâte de vivre cette fabuleuse expérience de cueillette. Nous prenons la route, qui dure une quinzaine de minutes, et une fois arrivés, les employés nous accueillent et nous donnent des paniers selon la quantité voulue de bleuets. Puis, ils nous disent où nous diriger pour éviter de se rendre à un endroit où les fruits ont déjà été récoltés. À la suite de notre récolte et de nos nombreuses dégustations (car il faut bien goûter pour voir si les bleuets sont bons !), nous repartons avec deux grosses chaudières remplies à ras bord.

Grâce à cette fabuleuse expérience, nous avons pris conscience à quel point la récolte de bleuets prend beaucoup de travail et de temps.

Nous avons énormément de plaisir à nous cacher et à rire, mais surtout à être avec notre grand-père. C’est très agréable. Nous organisons un concours entre nous, mais…c’est pratiquement toujours Marie-Jade qui remplit son panier en premier, car Angélique mange un bleuet sur deux et Félicia regarde partout, parle constamment et oublie… de cueillir des bleuets ! Grâce à cette fabuleuse expérience, nous avons pris conscience à quel point la récolte de bleuets prend beaucoup de travail et de temps. Maintenant, chaque fois que nous mangeons des bleuets que nous achetons à l’épicerie, nous repensons à tout l’amour qui est derrière ces fruits. – Félicia, Marie-Jade et Angélique

PRÉSERVEZ VOS RÉCOLTES
La congélation
Voilà une des meilleures façons de conserver vos aliments, à commencer par les petits fruits. On dépose bleuets, fraises et framboises sur une plaque à pâtisserie. Une fois gelés, on les dépose dans des sacs en plastique refermables. À utiliser dans vos frappés aux fruits, coulis, compotes, muffins et même comme glaçons dans vos cocktails !

Pour ce qui est des légumes, certains doivent être blanchis avant d’être congelés : chou-fleur, carottes, brocoli et haricots. On les met dans l’eau bouillante pendant deux minutes, puis on les plonge dans l’eau froide. On les fait ensuite sécher puis on les congèle sur une plaque à pâtisserie. Il ne reste qu’à les mettre dans des sacs en plastique hermétiques. Maïs : les mois d’août et de septembre représentent le moment parfait pour faire une réserve d’épis ! Il suffit de les égrener à l’aide d’une fourchette et de les congeler dans des sacs. Lors de leur utilisation, vous n’avez qu’à les faire cuire de 1 à 2 minutes. Ces légumes qu’on ne pense pas congeler : les oignons et l’ail déjà haché ont leur place au congélateur, ainsi que le chou frisé émincé. On peut même congeler des tomates entières ; bien qu’elles ne puissent pas être utilisées telles quelles lorsqu’elles seront dégelées, elles auront leur place dans les sauces, les soupes, le couscous et le chili.

La déshydratation
Saviez-vous que cette ancienne méthode de conservation des aliments permet de garder des aliments frais pendant très longtemps ? On n’épluche que les fruits et légumes à peau épaisse, on dénoyaute les fruits, on coupe en rondelles ou on émince. Les légumes doivent être blanchis trois minutes à l’eau bouillante. Ensuite, on place les aliments sur une plaque en évitant de les empiler, puis on fait cuire au four environ
trois heures à basse température (50 °C/120 °F), en gardant la porte ouverte.

Autrement, de plus en plus de déshydrateurs font leur place sur le marché. Ces appareils permettent de sécher et de déshydrater de nombreux aliments répartis sur plusieurs étages en diffusant une chaleur douce. Après avoir été déshydratés, les aliments doivent être placés dans des bocaux en verre qui se ferment hermétiquement, à l’abri de la lumière et de l’humidité. À utiliser dans les salades, mijotés, muffins, sandwiches et tout simplement pour grignoter en collation !

Les conserves
Cette méthode ancienne revient au goût du jour, notamment pour ce qui a trait aux tomates. Les conserves demeurent une bonne méthode de conservation pour plusieurs fruits et légumes sans qu’on ait à se lancer dans une corvée interminable. On y met tomates, betteraves, chou-fleur, brocoli. Il existe également un autre moyen de faire des conserves : la lactofermentation. Cette méthode millénaire permet de conserver les aliments tout en développant les bonnes bactéries, notamment les probiotiques, et en éliminant les micro-organismes responsables de la moisissure.

Pour cette technique, on utilise de l’eau et du sel en laissant fermenter les pots à température ambiante. Les aliments se conserveront ainsi longtemps, à la condition que vous laissiez vos pots au réfrigérateur par la suite. Les légumes qui sont propices à ce procédé sont les betteraves, les concombres, le chou et les carottes râpées.

Ajouter un commentaire

Abonnement Infolettre