LE must

Les producteurs de porc
Passionnés et déterminés comme au premier jour

Forts de leurs 50 ans d’histoire, les Éleveurs de porcs du Québec se sont adaptés aux attentes de la société et aux réalités des marchés. Guidés par leur détermination, ils sont devenus des pionniers en matière d’environnement, de bien-être animal et de cohabitation harmonieuse. | Par Les Éleveurs de porc du Québec

Depuis 1966, les Éleveurs de porcs du Québec représentent, d’un bout à l’autre de la province, les intérêts des 3376 éleveurs afin d’assurer une production à l’avant-garde. Chefs de file de leur secteur, les Éleveurs de porcs œuvrent pour la prospérité des entreprises porcines du Québec tout en offrant à la collectivité et au monde un produit de qualité supérieure.

Une histoire unique : les éleveurs s’organisent

Le 11 août 1966, à Saint-Hyacinthe, neuf hommes et une femme fondent la première Fédération des propriétaires de porcs du Québec, première étape vers l’ascension, quelques années plus tard, de leur secteur d’activité au deuxième rang de la production agricole du Québec.

De 1960 à 1980, en réponse à une tendance mondiale, le Québec passe d’une agriculture marchande diversifiée à une agriculture spécialisée. Les fermes porcines se modernisent et on assiste à un accroissement de la productivité. Ce nouveau modèle agricole alimente la volonté des producteurs porcins de s’organiser collectivement. En 1981, à l’issue du troisième référendum, ils adoptent massivement le plan conjoint, un outil de négociation qui assure un juste prix aux producteurs. Après 15 ans d’efforts, les éleveurs disposent enfin de moyens pour prendre leur avenir en main. Pendant cette période, la production porcine connaît une croissance grâce au développement des marchés d’exportation.

En 1989, les producteurs expriment à nouveau leur volonté de s’organiser par la création d’un encan électronique, qui jette les bases d’une collaboration resserrée entre les producteurs et les transformateurs.

Une production en développement

En étroite collaboration avec les partenaires de l’industrie, les producteurs de porcs, dès 1998, se donnent une certification : celle de l’Assurance qualité canadienne (AQC), caution d’une viande de qualité reconnue au Québec et dans le monde. Grâce à ce programme, les producteurs garantissent leur conformité aux plus hautes normes nationales relatives à la salubrité des aliments et au bien-être animal, avec vérification à la ferme effectuée par une tierce partie. Au même moment, le premier guide de bonnes pratiques en matière de bien-être animal est publié afin d’aider les éleveurs à faire les meilleurs choix pour leurs animaux. Ce guide, que les éleveurs ont adopté, est régulièrement mis à jour pour tenir compte des dernières avancées scientifiques.

Écouter, s’adapter, innover

En réaction à la croissance de la production porcine, la population québécoise exprime un premier ensemble de préoccupations quant à ses retombées sur l’environnement et sur la cohabitation entre citoyens et éleveurs. Face à une sévère crise de confiance de la société envers le secteur porcin, les producteurs se mobilisent alors et commanditent une première étude agroenvironnementale de la situation, qui sera suivie d’un guide des bonnes pratiques en matière environnementale.

Au début des années 2000, la forte contestation citoyenne persiste et se fait entendre partout dans la province lors des audiences du Bureau d’audience publique en environnement (BAPE), où plus de 380 mémoires sont présentés. Cette première démarche de consultation publique est prise très au sérieux par les producteurs, qui fournissent des efforts soutenus afin de se conformer à des règles toujours plus strictes, qui figurent déjà parmi les plus contraignantes du secteur agricole.

porc-lemust-1

Une production responsable

Dans un contexte économique difficile, une fois de plus, les Éleveurs sont déterminés à trouver des solutions aux défis qu’ils rencontrent. De nouvelles campagnes de publicités appuient ces changements, notamment le slogan « Le porc a changé, changez pour le porc ». De plus, les consommateurs prennent conscience qu’avec son éventail de coupes, le porc du Québec est une viande polyvalente qui convient parfaitement à toutes les cuisines et à tous les budgets. Ainsi, le porc est loin d’être une banale viande « de commodité », sans caractère. Les bouchers offrent aujourd’hui à leurs clients des coupes raffinées et audacieuses, telles que l’osso bucco, la bavette ou encore le succulent carré de porc, tout en garantissant un choix local et savoureux.

Les chefs ont suivi le mouvement, et considèrent désormais le porc comme une viande de première qualité, qui leur permet d’exprimer leur créativité et leur personnalité en tant qu’artisans. Depuis 2012, les consommateurs peuvent également faire le choix de manger local grâce à une identification unique, un petit logo bleu le porc du Québec, qui garantit le savoir-faire québécois d’’avant-garde.

Des éleveurs passionnés, une viande appréciée

En 2016, les éleveurs de porcs québécois sont heureux de faire partie du secteur porcin, qui génère 24 000 emplois dans l’ensemble du Québec et rapporte plus de deux milliards de dollars à son économie. Fiers de leur histoire riche en événements, les Éleveurs sont aussi passionnés et déterminés qu’au premier jour, dans le but d’offrir aux consommateurs une viande savoureuse, d’une qualité exceptionnelle reconnue ici et à l’échelle internationale.

Acheter des produits porc du Québec, c’est encourager les éleveurs de porcs d’ici, mais c’est aussi avoir la garantie d’une viande d’une qualité irréprochable, qui répond aux plus hautes normes de bien-être animal et de protection de l’environnement.

Le porc du Québec, exigez-le.

Ajouter un commentaire

Abonnement Infolettre