LE must

Quand manger fait souffrir

Avez-vous déjà entendu dire que la santé d’une personne s’était considérablement améliorée lorsqu’elle arrêtait de consommer certains aliments?  Ne parlons pas des aliments qui nous rendent malades parce qu’ils sont contaminés par des produits chimiques ou des bactéries. Parlons plutôt des aliments sains qui pourtant nous rendent malades. Pourquoi?| Par Christian Linard, Ph. D, DEPD, CSPQ, biochimiste clinique et directeur du Laboratoire médical LSIA

«Je mange sainement, pourtant certains aliments me rendent malade. »
Examinons les différentes réactions adverses aux aliments que nous pouvons avoir. L’intolérance au lactose, un sucre du lait, est la plus importante, car elle touche environ 75 % de la population mondiale. Cette intolérance très incommodante est provoquée par une déficience enzymatique que les humains développent naturellement au moment du sevrage maternel. En Occident, nous en sommes relativement protégés, car nous avons évolué depuis plusieurs siècles en buvant du lait, et petit à petit nous avons en quelque sorte muté pour pouvoir le digérer même à des âges très avancés.

L’allergie alimentaire aiguë (de type I, à IgE) est une autre réaction adverse aux aliments, cette fois-ci beaucoup plus grave, mais heureusement plus rare. Elle se développe rapidement après avoir consommé certains aliments, des fruits de mer ou des noix par exemple. Ce type d’allergie, en augmentation constante, toucherait actuellement environ 2 % des adultes et 8 % des enfants en Amérique du Nord.

« Toute maladie commence dans les intestins. »

C’est ce qu’écrivait Hippocrate 400 ans avant notre ère. Il y a encore quelques années, les scientifiques pensaient que les parois de nos intestins étaient tout à fait imperméables aux grosses molécules alimentaires non digérées et que seuls les aliments réduits à leur plus simple expression pouvaient traverser l’épithélium intestinal.

En 2000, un gastroentérologue et chercheur américain, le Dr A. Fasano, a découvert que ce n’était pas le cas et qu’il existait de petits espaces entre les cellules de la paroi de nos intestins qui pouvaient s’ouvrir et se refermer en fonction de différentes circonstances, comme l’exposition aux rayonnements X, la chimiothérapie, certains médicaments, une flore intestinale perturbée et la gliadine (une protéine du gluten), qui ne peut être complètement digérée par nos enzymes.

«Qu’est-ce que l’hypersensibilité alimentaire de type III?»

C’est une allergie qui se déclenche deux à trois jours après avoir consommé certains aliments. Elle est provoquée par le fait que notre système immunitaire, en essayant de bloquer avec des anticorps (immunoglobulines G ou IgG) les molécules alimentaires non digérées, engendre la formation d’immuns-complexes.

Ces complexes immuns formés d’antigènes alimentaires et d’anticorps IgG vont circuler à travers l’organisme et provoquer des affections inflammatoires aussi diversifiées que le syndrome du côlon irritable, la migraine, la dépression, la fatigue, les problèmes de peau, etc. Cette allergie alimentaire toucherait plus de personnes que l’allergie à IgE, soit jusqu’à plus de 50 % de la population.

«Comment savoir si j’ai un tube digestif perméable?»

Si vous souffrez d’une maladie chronique, il y a de forts risques que ce soit le cas. Pour évaluer cette hyperperméabilité intestinale, il existe des analyses non spécifiques, comme le test urinaire au lactulose/mannitol ou le dosage sérique de la zonuline, et des analyses plus spécifiques comme la détection dans le sang des anticorps IgG dirigés contre les aliments. Ces tests ne peuvent être prescrits que par votre médecin.

«Comment prendre soin de mon tube digestif ?»

Plusieurs personnes font très attention à leur peau, surtout celle de leur visage, mais ne font pas attention à la surface de leur paroi intestinale, qui équivaut à la superficie de deux terrains de volleyball (soit 300 m2) et qui pourtant peut être à l’origine de graves pathologies vues ci-dessus.

Pour contrer cette hyperperméabilité de l’intestin :

  • variez votre menu;
  • évitez les irritants comme l’aspirine;
  • modérez votre consommation d’alcool;
  • favorisez la prise de vitamines C et D ainsi que de prébiotiques et probiotiques.

Faites attention à vos intestins, ils pourraient bien empoisonner votre vie.

1 commentaire

  • Merci! J’ai beaucoup appris sur les intestins , car effectivement je prends soin de ceux-ci , depuis 4 ans. Je varie mes repas en mangeant sainement. Je fais du Yoga qui assouplit l’ensemble du corps. La discipline et la motivation sont la clé du succès!

    Linda

Abonnement Infolettre