LE must

Le salut hors du soya

Photo: Vita Marija Murenaite / unsplash

Vous êtes allergiques au soya et vous voulez opter pour le végétarisme ? C’est possible! Que ce soit par principe moral ou par aversion pour les produits d’origine animale, plusieurs personnes optent pour le végétarisme. Le soya figure généralement au cœur de ce type d’alimentation. Pour les personnes allergiques au soya, le défi est important, mais surmontable. | Par Stéphanie Pernice

Le principal enjeu est de s’assurer un apport suffisant en protéines et minéraux pour maintenir un état nutritionnel optimal. Dans le cas des lacto-ovo-pesco végétariens, les sources de protéines sont tout de même variées. En effet, ce type de végétarisme permet la consommation de produits laitiers, d’œufs et de produits de la mer dont les poissons et les fruits de mer en plus de tous les aliments d’origine végétale.

Évidemment, les végétariens traditionnels (ovo-lacto végétariens) doivent faire preuve de vigilance, et les végétaliens encore plus puisqu’ils ne consomment aucun aliment de provenance animale y compris le lait et les œufs. Le retrait du soya de cette diète limite évidemment les possibilités. Mais il existe une panoplie de sources de protéines intéressantes dans le monde végétal.

Des protéines vertes
Les légumineuses autres que le soya telles que les pois chiches, les haricots rouges et noirs ainsi que les lentilles sont évidemment de bonnes sources de protéines. Toutefois, il est à noter que les protéines retrouvées dans ces légumineuses, contrairement à celles retrouvées dans la viande ne contiennent pas tous les acides aminés essentiels. Il est donc important de combiner les légumineuses avec des produits céréaliers pour obtenir des protéines dites « complètes ». Le seitan est une autre source protéique intéressante. Il s’agit de la partie protéique du blé, soit le gluten, qui est extrait pour former cette pâte qui constitue un bon substitut de viande. L’apport en protéines peut aussi être en partie comblé par les noix, les arachides et les graines. Soyez créatifs, incorporez des graines de citrouille à vos salades, ajoutez des amandes à vos repas et collations. Par ailleurs, sachez que les noix, les amandes et la graine de lin vous permettront de couvrir vos besoins en oméga-3 !

Et encore d’autres
Les sources de produits céréaliers doivent aussi être les plus nutritives possibles. Le quinoa est un aliment à mettre de l’avant étant donné sa teneur en protéines, en fibres alimentaires, et en plusieurs nutriments dont le fer et le manganèse. Il contient davantage d’acides aminés essentiels que les autres céréales telles que le blé, le riz, le maïs. Le millet est une céréale qui représente un excellent choix pour une personne végétalienne soucieuse de combler ses besoins, notamment en protéines.

Le calcium et la vitamine D
Les végétaliens consomment généralement de la boisson de soya enrichie pour combler leurs besoins en calcium et en vitamine D. En cas d’allergie au soya, il y a quelques possibilités : boire de la boisson de riz enrichie, prendre des suppléments de calcium et de vitamine D ou encore opter pour un régime lacto-végétarien qui permettrait la consommation de produits laitiers. Ces nutriments ne doivent pas être négligés puisqu’ils sont essentiels à la bonne santé osseuse.

En bref, manger végé sans soya c’est possible ! Il est cependant recommandé de consulter une nutritionniste pour s’assurer que tous les besoins en nutriments seront comblés, surtout pour les femmes enceintes. Le nutritionniste pourra ajuster la diète ou, au besoin, recommander la prise de suppléments.

1 commentaire

Abonnement Infolettre